Et la réponse est… 42 !

Dans cet article je pourrais vous parler de l’arrivée cet après-midi du Dragon et de sa quatrième mission pour ravitailler la Station Spatiale Internationale (il a été capturé par Alexander Gerst à l’aide du Canadarm2 et a été amarré à la Station pour une durée d’un peu moins d’un mois). Mais je le ferai dans un prochain article. Il y est question de souris…

C’est d’un sujet un peu plus sérieux dont je voudrais vous parler aujourd’hui : le numéro 42

Replaçons d’abord les choses dans leur contexte. 42 est un numéro mythique pour tous les fans de science fiction : c’est « la réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste« . On ne connait d’ailleurs pas la question, mais on connait la réponse, ce qui est déjà pas mal.

Ce nombre vient d’une série de livres, une trilogie en cinq volumes, écrit par Douglas Adams : Le guide du Voyageur Galactique (The Hitchhikers’ Guide to the Galaxy en anglais) . Ne l’ayant moi-même pas lu (honte sur moi, mais je pense que je vais le faire, sinon je vais manquer plein de références), je ne pourrai pas vous en dire beaucoup plus. Je vous laisse découvrir l’article Wikipédia consacré au sujet.

42 c’est également le numéro de l’expédition qui va monter à bord de l’ISS le 24 novembre 2014 et à laquelle participe Samantha Cristoforetti. Samantha qui est une grande fan de science fiction et qui a déjà lu ces livres, a déjà semé deux ou trois références dans ses tweets
le 25 Mai 2013 :

 
Le 25 Mai 2014 :

Sur un T-shirt imprimé « Don’t Panic » :

 
 
Et lors d’une interview avec ses coéquipiers sur NASA TV :

Mais pour moi, la meilleure référence au Guide du Voyageur Galactique qui ait été faite jusqu’à présent, c’est le poster qu’elle a dévoilé ce soir :

 
En général, deux posters sont créés pour chaque expédition qui monte à bord de l’ISS : un poster sérieux, et un poster pas sérieux. Je vous laisse deviner dans quelle catégorie rentre celui-ci. Si vous voulez le télécharger et l’imprimer pour l’afficher chez vous, voici la version HD.

Samantha en a dit un peu plus dans un article sur son compte Google plus :


Traduction :

Le Poster de l’Expédition 42 !

Je suis incroyablement excitée de partager avec vous le poster de l’Expédition 42 !
Profitez, ne paniquez pas et sachez toujours où se trouve votre serviette !

Avec (de gauche à droite) :

Terry Virts et Anton Shkaplerov dans le rôle de Zaphod Beeblebrox (ou Zappy Bibicy en français)
Alexandr Samokutyayev dans le rôle de Humma Kavula
Barry « Butch » Wilmore dans le rôle de Arthur Dent (Arthur Accroc en français)
Elena Serova dans le rôle de Ford Prefect (Ford Escort en français)
Samantha Cristoforetti dans le rôle de Trillian

Avec en guest star : Robonaut dans le rôle de Marvin l’Androïde Paranoïaque

Tout est réel dans l’affiche : les costumes (crées par Melissa Johnson) ainsi que l’arme que porte Samantha/Trillian, le « point-of-view gun » (crée par Glenn Johnson).

Samantha remercie également l’artiste qui a crée l’affiche : Sean Collins.
— Fin de la Traduction —
Pour finir sur une touche encore plus sérieuse, voici le second poster de la mission (devrais-je dire le poster « officiel » ?)

De gauche à droite : Elena Serova (Roscosmos), Barry "Butch" Wilmore (NASA), Alexandr Samokutyayev (Roscosmos), Anton Shkaplerov (Roscosmos), Terry Virts (NASA), Samantha Cristoforetti (ESA)  Crédits : NASA/Bill Stafford

De gauche à droite : Elena Serova (Roscosmos), Barry « Butch » Wilmore (NASA), Alexandr Samokutyayev (Roscosmos), Anton Shkaplerov (Roscosmos), Terry Virts (NASA), Samantha Cristoforetti (ESA)
Crédits : NASA/Bill Stafford

 

[MAJ du 24 Septembre 7h55 - Liens via Ricardo Rossi]

Vous pourrez trouver d’autres posters des précédentes expéditions ici : http://www.nasa.gov/directorates/heo/sfa/products.html

Le poster de l’Expédition 42 est basé sur l’affiche du film « The Hitchhikers’ Guide to the Galaxy » sorti en 2005

The Hitchhikers Guide to the Galaxy 2005

Soyouz TMA-14M : première femme cosmonaute russe à bord de l’ISS

Trois nouveaux astronautes sont arrivés ce matin à bord de la Station Spatiale Internationale, permettant de compléter l’expédition 41 avec les trois astronautes déjà à bord depuis le 28 mai. Les trois nouveaux arrivants sont Aleksandr Samokutyaev et Yelena Serova de Roscosmos et Barry « Butch » Wilmore de la NASA. Ils rejoignent donc Alexander Gerst de l’ESA, Reid Wiseman de la NASA et Maksim Surayev de Roscosmos, actuel commandant de la Station.

C’est le premier vol spatial pour trois des six membres de cette expédition (Reid, Alexander et Yelena).
 

Décollage du Soyouz TMA-14M le 25 septembre 2014 à 22h25 CET (Crédits : NASA/Joel Kowsky)

Décollage du Soyouz TMA-14M le 25 septembre 2014 à 22h25 CET (Crédits : NASA/Joel Kowsky)

 

C’est à bord d’une fusée Soyouz qu’Alexandr, Barry et Yelena ont pris le chemin de la station, après un décollage qui a eu lieu comme prévu à 22h25 (20:25 UTC) de Baïkonour. Le trajet jusqu’à la Station a duré un peu moins de 6h et l’amarrage a eu lieu à 4h11 (2h11 UTC).
 

Soyouz TMA14M avec un seul panneau solaire déployé

Soyouz TMA14M avec un seul panneau solaire déployé (Crédits : NASA TV)

 

Cependant, tout ne s’est pas passé de façon nominale puisque l’un des panneaux solaires du vaisseau Soyouz ne s’est pas déployé correctement après sa mise en orbite. Le vaisseau a donc réalisé son approche et l’amarrage à l’ISS avec un seul panneau déployé. L’équipage et les techniciens ont eu la surprise de constater que le deuxième panneau s’est déployé après l’amarrage. Tout est donc revenu à la normale.
 

Soyouz TMA-14M avec les deux panneaux solaires déployés (Crédits : NASA TV)

Soyouz TMA-14M avec les deux panneaux solaires déployés (Crédits : NASA TV)

 

L’ouverture des deux trappes (coté ISS et coté Soyouz) et l’entrée des astronautes dans la Station Spatiale a eu lieu à 7h06 (5h06 UTC), environ 1h après l’horaire normalement prévu. Il aura fallu un peu moins de 9h entre le décollage de la fusée Soyouz et l’arrivée des astronautes à bord de la Station.

Yelena Serova est la première femme cosmonaute russe à visiter l’ISS et la première cosmonaute russe à se rendre dans l’espace en 17 ans. Elle succède à Valentina Tereshkova, Svetlana Savitskaya et Yelena Kondakova (qui a volé à bord de la navette spatiale Atlantis (mission STS-84) en 1997).

Yelena a été la première à sortir du Soyouz, suivie par Alexandr Samokutyayev et c’est Barry Wilmore qui a fermé la marche.

Pour revoir l’entrée des astronautes à bord de la Station :
 


 

Pour revoir le décollage de la fusée Soyouz :
 


 

Et pour revoir l’amarrage du vaisseau Soyouz à l’ISS
 


 

Vous trouverez d’autres photos du décollage sur le compte Flickr de NASA HQ Photo

 

Philae connait son site d’atterrissage sur la comète 67P !

Ils étaient 5 au départ, il n’en reste plus que 2. Je ne parle pas de candidats à une émission de télé-réalité, mais des sites potentiels d’atterrissage pour Philae sur la comète Tchourioumov-Gerasimenko (que je nommerai « 67P » ou « la comète » dans le reste de cet article pour faire plus court).

Rosetta et Philae proche de la comète (Crédits : Spacecraft: ESA–J. Huart, 2014; Comet image: ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA)

Rosetta et Philae proche de la comète (Crédits : Spacecraft: ESA–J. Huart, 2014; Comet image: ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA)

La mission Rosetta est composée de deux éléments : l’orbiteur qui s’appelle également Rosetta, et son atterrisseur, Philae. Celui-ci va étudier le noyau de la comète afin de mieux comprendre la composition de ce corps céleste. Les comètes sont très certainement à l’origine de l’arrivée de l’eau sur notre planète lorsqu’elles ont bombardé la Terre il y a plusieurs milliards d’années.

67P est une comète périodique qui revient au plus près de notre soleil tous les 6 ans 1/2. Enfin, au plus près, c’est relatif, elle ne s’en approche pas à plus d’1,3 Unité Astronomique (1 UA = distance Terre-Soleil).

Une comète en forme de « canard »

Selfie de Rosetta (plus exactement un panneau solaire) à 50km de la comète 67P. Photo prise le 7 septembre (Crédits : ESA/Rosetta/Philae/CIVA)

Selfie de Rosetta (plus exactement un panneau solaire) à 50km de la comète 67P. Photo prise le 7 septembre (Crédits : ESA/Rosetta/Philae/CIVA)

Rosetta est arrivée tout près de la comète le 6 août. D’abord à 100km de la surface, elle a effectué plusieurs manœuvres pour s’en rapprocher. Aujourd’hui elle est située à 30km de 67P. Depuis son arrivée, Rosetta a étudié la surface de la comète et 5 sites d’atterrissage ont été sélectionnés. La grosse surprise a été de découvrir que le noyau de la comète n’avait pas une forme patatoïde, ce qui aurait été moins risqué pour l’atterrissage, mais qu’il s’agissait d’un noyau double. Sa forme est sans doute issue d’un contact entre deux comètes. Alors qu’au départ les chances de réussite de l’atterrissage étaient d’environ 70-75%, celles-ci se sont amenuisées suite à la découverte de la forme réelle de la comète.

Se poser sur une comète, tout un challenge !

L’atterrisseur qui pèse 100kg sur Terre, ne pèsera pas plus d’un gramme une fois sur la comète. En effet, la gravité de celle-ci est 100 000 fois plus faible que celle de notre planète. Aussitôt ses pieds posés, Philae va utiliser un système de harpons qui vont s’ancrer dans le sol de la comète afin de ne pas rebondir dans l’espace. Se poser sur la comète n’est pas seulement un challenge du fait de sa très faible gravité, mais aussi parce qu’on ne peut pas prévoir quelle sera son activité le jour de l’atterrissage.

Le site J est le vainqueur !

Le week-end dernier, l’équipe de la mission Rosetta s’est réunit au CNES à Toulouse afin de décider de l’endroit où Philae se poserait. Deux sites ont été retenus : un site principal, provisoirement appelé J, et un site de secours, appelé C.

Les sites candidats pour l'atterrissage de Philae sur Rosetta

Les sites candidats pour l’atterrissage de Philae sur Rosetta (Crédits : ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA)

Alors que J se situe sur la « tête » de la comète, c’est à dire sur le plus petit des deux lobes, le site C est situé sur le deuxième lobe. Le site J a été retenu car il reste relativement plat, avec peu de rochers et une bonne luminosité pour pouvoir alimenter les panneaux solaires de Philae. Pour le directeur de vol de Rosetta, Andrea Acomazzo, « il n’y a pas de meilleur site d’atterrissage sur cette comète, et on va devoir faire avec ». Avec moins de 70% de chance de réussite, il s’agit d’une entreprise à haut-risque, mais qui ajoute du piment à la mission.

Pour le moment prévu le 11 novembre, la date de l’atterrissage sera confirmée à la fin du mois de septembre. Avant cela, en octobre, Rosetta va se rapprocher à 20km, puis à 10km de sa comète.

Affaire à suivre donc…

Pour en savoir plus…

– D’autres photos de la comète sur le compte Flickr de l’ESA.
– Communiqué de presse de l’ESA en français
– Un article sur Le Cosmographe : La comète 67P/C-G épiée par Rosetta et le VLT

 

Vidéos : désamarrage et désintégration du Cygnus

Quelques vidéos pour reprendre en douceur les articles sur le blog. Celles-ci datent déjà un petit peu, mais on ne sait jamais… des fois que vous ne les auriez pas encore vues :)

Ces vidéos concernent le vaisseau de ravitaillement de l’ISS envoyé par la société américaine Orbital Sciences, le Cygnus. Celui-ci avait été lancé le 13 juillet a bord d’une fusée Antares (Base de Wallops Island, Virginie) et était amarré à la Station Spatiale depuis le 15 Juillet.

Sur la première vidéo, qui est en réalité un timelapse, on peut voir le désamarrage du Cygnus qui a eu lieu le 15 août, soit un mois après son arrivée

Une version ultra haute définition de ce timelapse a également été réalisée, vous pourrez la voir si votre ordinateur n’est pas poussif comme le mien. C’est l’astronaute allemand de l’ESA Alexander Gerst qui était en charge de la manipulation du bras robotique, assisté par son coéquipier américain Reid Wiseman.

Et qu’est-il advenu de ce vaisseau ? Cette seconde vidéo vous le montre : il s’est désintégré dans l’atmosphère, quelques heures après son désamarrage, dans un beau feu d’artifice. Cette désintégration a été filmée depuis l’ISS. D’après un tweet de Reid Wiseman, la NASA souhaitait obtenir des données spectrales, c’est pourquoi la vidéo n’est pas centrée. Mais elle reste sympa à regarder malgré tout.

Tout comme trois des quatre autres vaisseaux de ravitaillement de l’ISS (L’européen ATV dont c’est actuellement la dernière mission, le japonais HTV et le russe Progress), il avait été auparavant rempli de déchets divers et variés dont les astronautes veulent se débarrasser. Seul le vaisseau Dragon de SpaceX possède un bouclier thermique et est capable de revenir sur Terre sans se désintégrer.

 

Cygnus Orb2 desintegration

Rentrée atmosphérique du Cygnus (Mission ORB-2) le 17 août 2014 (Crédits : ESA/NASA)

La sonde Rosetta est arrivée près de la comète Churyumov-Gerasimenko

Ca y est, Rosetta est arrivée aujourd’hui près de sa comète, plus exactement à 100km de Churyumov-Gerasimenko. Le rendez-vous s’est déroulé à 405 millions de kilomètres de la Terre, entre les orbites de Jupiter et de Mars. Il s’agissait de la dixième manœuvre exécutée depuis mai qui a permis à la sonde Rosetta d’ajuster sa vitesse et sa trajectoire à celle de la comète.

Il y a quelques semaines, alors que Rosetta se trouvait encore à 12 000 kilomètres de la comète, les photographies prises par Osiris, sa caméra grand angle, ont montré que la comète était composée d’un double noyau. L’origine de ce double noyau est inconnu : collision entre deux comètes ou bien érosion ? C’est ce que les scientifiques devront découvrir.

La sonde va continuer à s’approcher de plus en plus près de la comète. Une vidéo valant mieux que des mots, voici à quoi ressemblera l’orbite de Rosetta au cours des prochaines semaines

Philae quant à lui devrait atterrir sur la comète courant novembre, une fois que les scientifiques auront choisi un site d’atterrissage. Celui-ci sera dévoilé à la mi-septembre.

Avec ses presque 20 ans d’existence (depuis son approbation en 1993), la mission n’a pas fini de nous en mettre plein la vue.

Voyez plutôt ses superbes photos de Churyumov-Gerasimenko prises par la caméra Osiris le 3 août 2014

Et sur le site de l’ESA vous trouverez un GIF animé composé de 101 photos de la comète prise par la Caméra de Navigation de Rosetta courant août 2014. La première photo a été prise le 1er août à 832km de distance. La dernière image a été prise le 6 août à une distance de 110km

 

Pour en savoir plus…

Le communiqué de presse de l’ESA en français : La sonde cométaire Rosetta arrive à destination